Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les pages politiques de Mirabelle

Les pages politiques de Mirabelle

La chatte rebelle et sans parti

Accouchement sous X, vers la fin d'une iniquité ?

Je ne suis pas une spécialiste du droit privé, mais lors de mes études de droit, s'il y a bien un sujet que je trouvais totalement invraisemblable était la différence de traitement instituée par le droit entre les hommes et les femmes en matière d'enfant.

Si les femmes, grâce à la fameuse déclaration d'accouchement sous X, sont autorisées non seulement à ne pas assumer leur enfant  mais également à le couper définitivement de toutes ses racines, les hommes quant à eux ,se trouvent dans la situation inverse de ne jamais pouvoir se défausser, par les différentes procédures en reconnaissance de paternité qui vont de la présomption à la recherche en reconnaissance, par le biais notamment des tests A.D.N.

Pour protéger les femmes et limiter les avortements, on leur a offert l'anonymat, alors que le père, lui, se retrouve systématiquement obligé... soit à reconnaître un enfant qu'il a ou pas voulu, soit à y renoncer qu'il le veuille ou non parce qu'il se voit imposer la décision de la mère d'abandonner l'enfant.

En 2006, la Cour de Cassation est revenue sur cette discrimination, autorisant ainsi un père qui avait préalablement à l'accouchement sous X, reconnu l'enfant, de l'élever ... celui-ci a eu de la chance, il était informé ! Tous les pères ne le sont pas !

Aujourd'hui, le mur semble continuer de se fissurer avec la décision d'un magistrat d'autoriser des grand-parents à prouver leur filiation avec un enfant, mais cependant, cette autorisation est fondée sur le fait qu'ils avaient pu voir cet enfant ... donc eux aussi avaient la chance d'être informés.

Les magistrats ou le droit devront évoluer, de la discrimination Homme/Femme qui voudrait qu'un homme soit toujours obligé et la femme jamais, on en crée une nouvelle entre les informés et les non-informés.

Dans ces disputes d'adultes, a-t-on pensé à l'intérêt de l'enfant ?  ... ce n'est pas certain, les adultes s'accommodent encore comme des contorsionnistes du droit sans avoir eu le courage d'aborder le fond : peut-on priver un enfant de ses racines maternelles et paternelles parce que maman a mal géré sa contraception ou son cycle ??? 

Ensuite, si on admet qu'une femme puisse refuser sa maternité, dans ce cas pourquoi cette autorisation ne s'étendrait pas au père qui ne voudrait absolument pas entendre parler d'un enfant, laissant ainsi à égalité les parents face à leur conscience.

Cette faculté d'accouchement qui date de l'époque où les progrès de la médecine n'avaient pas encore permis aux femmes de bénéficier de bons moyens de contraception ni même de la possibilité d'avorter proprement ne devrait plus aujourd'hui être permise en l'état.

Il y a des moments où le droit semble vraiment à la traîne des moeurs ...



Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Martine 01/11/2009 13:57


@Danielle,
Merci du fou rire
@Mira jolie,
Voili voila voilou, la preuve.
J'aime ton billet car en l'état actuel ne rien faire à ce sujet, contribue à déresponsabiliser les femmes, à les considérer toujours comme "mineures".
Ton avant dernier paragraphe est donc parfaitement pertinent.
Gbises


Mirabelle 01/11/2009 14:12


Tout à fait d'accord avec toi, cette "surprotection" des femmes finit par devenir insultante ... ben oui, n'en déplaise au législateur, les femmes ont une âme et un cerveau !


Fanal Safran 31/10/2009 15:06


HoUUUUUUUUUUU
  c'est la journée... faut y passer avec la sonnette des enfants ;)


Mirabelle 31/10/2009 15:33


Très jolie image !!! mais tu t'es trompée d'article !!!


Fanal Safran 30/10/2009 14:45


La science a toujours été plus vite que le droit. C'est peut-être mieux pour que tout se fasse avec sérénité. Mais effectivement, si on écoutait un peu plus ceux qui sont nés sous X afin de
réaliser ce que c'est. Il y a de grandes douleurs derrière tout cela.


Mirabelle 30/10/2009 19:15


oui, mais là non seulement le droit est en retard par la faute du législateur, mais il n'a pas trop progressé non plus par les magistrats !!! ça fait beaucoup tout de même !
quand je pense que les femmes ont voulu l'égalité !!! et oui, in fine, tu as bien raison, ce sont encore les enfants qui trinquent !