Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les pages politiques de Mirabelle

Les pages politiques de Mirabelle

La chatte rebelle et sans parti

L'Europe va mal ? ... c'est du réchauffé !

Je déteste l'Europe telle que nous l'avons faite. Nous nous croyons supérieurs à nos anciens mais nous faisons les mêmes erreurs, nous reproduisons ...

 

voici un extrait de Wikipédia qui parle ... de la chute de l'Europe au Vème Siècle :

 

Effondrement du système financier

Au Ve siècle, le système financier marche mal dans l’Empire romain d'Occident. Les mines, poissons des rivières, sols et forêts sont des ressources en déclin, les dépenses croissantes (notamment pour les guerres et la protection des frontières) ont ruiné de nombreux contribuables. Lors du Bas-Empire, la généralisation de l’étatisme s'est accompagnée de dépenses publiques en hausse continuelle. La pression fiscale exercée sur les propriétaires entraîne la diminution du rendement des petits domaines, voire la désertion de leurs terres par les petits propriétaires qui se placent sous la protection d’un riche terrien ou rejoignent les bandes de Bagaudes.

L’état a confié la perception aux administrations municipales (curies), qui pour faire rentrer l’impôt, procèdent avec une impitoyable dureté. Les contribuables qui ne paient pas sont jetés en prison, frappés de verges, vendus comme esclaves, voire condamnés à mort (sous Valentinien Ier). On confisque leurs biens. Devant l’échec des curiales à faire rentrer l’impôt, l’État se retourne contre eux. Ils cherchent à fuir les responsabilités des fonctions municipales, se cachent, se réfugient au « désert » (dans les forêts ou zones inhabitées), dans l’armée, l’administration ou l’Église. Le pouvoir central, pour les maintenir à leur poste, leur fait la chasse : interdiction aux curiales d’entrer dans l’armée ou dans l’administration, de se faire tabellions, fabricants d’armes, avocats, de se retirer à la campagne sous peine de confiscation de leurs biens ruraux, perquisitions dans les couvents. Leurs biens sont saisis et affectés en garantie à l’entrée normale des impôts.

L’État cherche à augmenter l’effectif des curiales en recrutant tous ceux qui possèdent le cens requis par la loi, ceux qui ont recueilli des biens provenant de curiales (héritage, legs, fidéicommis, donations), ceux qui exerçant certaines professions semblent qualifiés pour les fonctions de curiales, ceux qui ont quitté leur cité d’origine pour en éluder les charges et certaines catégories de condamnés, comme les fils de soldats qui se mutilent pour échapper au service militaire.

 

Que dire de plus ?  ... transposée 16 siècles plus tard ... c'est toujours la même chose !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Françoise Boulanger 15/11/2011 06:55



C'est donc à nous à faire changer les choses localement. A ne pas hésiter à tenit tête à ceux qui se croient les plus forts. Nous avons un nouvel outil pour faire triompher la liberté
d'expression, c'est notre blog... Utilisons-le à fond !


Toutes les victoires locales de changement bénéfique remonteront et obligeront le national à accepter une nouvelle mentalité. C'est de la base que naît toute révolution, on le sait.



Isabelle 02/11/2011 16:01


Et ils n'apprennent même pas de leurs erreurs...