Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les pages politiques de Mirabelle

Les pages politiques de Mirabelle

La chatte rebelle et sans parti

La force de l'opinion publique

Il était temps ! Les maladresses accumulées du pouvoir en place ont réveillé cette opinion publique oubliée et bafouée.
L'abandon de Jean Sarkozy à briguer la Présidence de l'EPAD est le résultat de son réveil soudain, qui malgré sa décision trop tardive entachera le quinquennat de son père définitivement.

Les français sont patients mais la ligne jaune a été franchie, et ces tentatives de verrouillages resteront longtemps sur l'estomac des français.

Aujourd'hui la droite ferait mieux d'adopter un profil bas plutôt que de se gargariser et féliciter Jean Sarkozy pour sa "maturité" ... avait-il le choix ? non, le climat était devenu délétère, et la légitimité définitivement compromise par le seul fait de la contestation dont l'ampleur ne faiblissait pas.

On pourra tirer quelques leçons de cet épisode :

1- on ne peut pas gouverner par la force très longtemps
2 - les principes républicains sont bien ancrés dans les chaumières
3 - les français ne sont pas apathiques, mais patients
4 - l'internet et la communication mobile sont en danger, pour avoir trop bien fonctionné
5 - aujourd'hui l'opinion réveillée doit rester vigilante : Sarkozy a démontré que lorsque l'opinion publique l'empêchait d'obtenir quelque chose, il recommençait avec des moyens détournés (voir à titre d'exemple le référendum raté sur la Constitution européenne et le Traité de Lisbonne imposé en réponse) et fiston va tout de même devenir administrateur !!! ce qui ne laisse présager rien de bon pour le prochain mandat.
6 - pendant ce temps la France a failli à sa mission de terre d'asile et des droits de l'homme en expulsant 3 Afghans
et je ne reviendrais pas ici sur la liste qui pourrait être longue de tous les sujets de mécontentements.

Cependant, aujourd'hui, le Président et ses équipes savent que la politique à papa qu'ils dénonçaient eux-mêmes pour être élus et qu'ils ont repris en pire, car on est dans le système de la politique à grand-papa, ne peut plus passer sans risquer de faire tout sauter. Le pouvoir aujourd'hui discrédité, qui se voulait solitaire et exclusif va devoir composer et coopérer avec son opinion. Ce n'était pas vraiment prévu au programme !

Nous verrons dans les temps qui viennent quelle sera la réplique... nous sommes à un tournant.


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

JF le démocrate 24/10/2009 23:29


Je crois personnellement qu'il était impossible à J. Sarkozy de passer en force, sauf à nuire plus fortement encore aux intérêts de son père (car les épisodes des jours précédents ont déjà nuit).
Ce feuilleton est bien la retranscription de ce que l'on aurait cru impossible en France: qu'un homme seul gouverne contre tous et parfois contre tout bon sens. La preuve quand coincé, il se trouve
emboité le pas par nombre de ministres compatissants qui s'étaient rangés de son côté (évidemment).

Cette affaire laissera des traces, j'en suis persuadé. Quant à internet, c'est comme la mondialisation, c'est incontrôlable...


Mirabelle 25/10/2009 10:16


Je crois comme toi qu'en effet, ils ont été au bout de là où ils pouvaient aller ... après ils prenaient le risque de perdre complètement le contrôle de la situation. Cependant concernant internet
je serais moins optimiste que toi, regarde ce que les chinois sont capables de faire ... je crois qu'on aura à se battre pour ne pas perdre cette liberté là !


nap 23/10/2009 21:58


Bonjour,

"avait-il le choix ?"

A mon avis oui : il pouvait passer en force (comme l'aurait sûrement fait son père), devenir président de l'EPAD et ensuite peut-être avoir du mal à décrocher autre chose.
Il a choisi de ne pas passer en force et je pense que c'est un bon calcul de sa part.
Nous verrons par la suite...


Mirabelle 23/10/2009 22:48


Passer en force et il son père ne contrôlait plus la situation ... il n'empêche que maintenant le mal est fait et qu'on les a à l'oeil !